Installation in situ

Strates-du-Loup, 2012

Voir à l’Est, projet Les Flaneurs
Thème 2012 : Entre le recto et le verso

Strates-du-Loup (déconstruction du paysage) – Installation in situ
Site du parc de la centrale des chutes, Rivière-du-Loup, 10 août 2012

Entre le recto et le verso il y a la matière non assemblée de ce qui constitue les faces apparentes.

Face à Rivière-du-Loup selon le lieu où l’on se place, il y a une vue d’ensemble. Derrière Rivière-du-Loup il y a une autre vue d’ensemble. Entre les deux, il y a tout ce qui la compose : un ensemble de gens, de constructions, de végétaux, de minéraux, d’animaux et d’objets organisés dans un ordre qui constitue physiquement la ville de Rivière-du-Loup aujourd’hui.

L’histoire de l’univers, c’est l’organisation de la matière. Au début, dans le chaos, il y avait ce qu’on nomme les particules élémentaires. Celles-ci se sont associées pour former des systèmes complexes, qui se sont associés à d’autres pour former d’autres systèmes. Et ainsi de suite jusqu’à nous. Et ça continue.

« La vie est comme cette tendance mystérieuse et universelle de la matière à s’associer, à s’organiser, à se complexifier. »  Hubert Reeves

Pour moi, entre le recto et le verso, il y a la matière non assemblée et cette matière c’est la composante de Rivière-du-Loup. Ma proposition cherche donc à montrer métaphoriquement, « les particules élémentaires » de la ville.  Je veux faire une déconstruction éclatée de la ville. Un photomontage rassemblant des bandes de photographies découpées présentant des éléments qui m’interpellent et qui constituent la ville de Rivière-du-Loup. On y retrouvera la nature, le paysage, l’architecture, divers objets, les gens etc. Ces photographies auront été prises au préalable. Ces bandes de photos seront insérées tel un tissage, laissant aussi des espaces vides, entre les barreaux de la rampe du petit parc face à la centrale électrique. La disposition en bande et le cadrage serré de ces photographies fait écho à la formation géologique en strate de cette montagne. C’est ce qui ajoute au choix de ce lieu. Les espaces libres créent aussi un effet dynamique quand le regardeur bouge, l’image bouge aussi. Cette mosaïque colorée agira sur le regard de façon différente qu’on soit de loin ou de proche et amènera l’imagination du flâneur dans toutes sortes de pistes reliées à son histoire.

Pin It on Pinterest

Share This