Installation in situ

Objets de rencontres, 2004

2004

La joie de trouver, le bonheur de découvrir, le plaisir est moteur de création.

Marcher le paysage côtier pour surprendre au hasard la présence d’un objet qui déclenchera un processus de création. Voilà comment débute une relation entre l’objet, le paysage et l’artiste. De là naissent des installations minimalistes et/ou des manœuvres.
Celles-ci sont par la suite photographiées. Les photos sont les témoins des actions artistiques posées sur le terrain, mais elles sont aussi des compositions individuelles qui prennent parfois un sens nouveau lors de manipulations numériques.

C’est en résumé le travail qui fût fait à l’été 2004 en résidence au centre d’artistes Vaste et Vague de Carleton en Gaspésie. Ces photographies nous montrent des objets divers, pour la plupart industrialisés mais aussi des éléments particuliers tiré du paysage. L’intérêt pour moi est de faire avec ce qui est là, sur le terrain, d’être réceptive à ce qui nous entoure et de regarder les choses sous un aspect nouveau. Donner une autre vie à…

Les images et les hommes sont en sympathie depuis les temps les plus reculés.

Rien d’étonnant à cela : les hommes sont eux-mêmes des images, et à chaque fois qu’ils découvrent de nouvelles images, c’est un peu de leur propre nature qui se découvre à leurs yeux.

Philippe Quéau, CyberTerre et Noosphère, bulletin international de Recherches et d’études transdisciplinaires no 7-8. Avril 1996.

Pin It on Pinterest

Share This