Art dans l’architecture

Le cercle de l’orme, 2011

Sûreté du Québec – Matapédia – 2011

Lorsqu’on quitte la rivière Matapédia, la Ristigouche nous accueille, et nous mène à la Baie-des-Chaleurs; mais, avant de l’atteindre, s’égrènent de magnifiques îles tout au long du parcours. Sur ces îles s’élève une fière population de peupliers Baumier et d’ormes d’Amérique. J’ai toujours été fascinée par ces arbres qui résistent à tout. Les débâcles, les glaces, le gel, rien ne leur fait peur, ils survivent au temps, immobiles pendant que nous passons à vive allure sur la route qui les côtoie.

C’est donc à eux, ces arbres, et plus particulièrement à l’orme, mon arbre préféré, à qui j’ai pensé pour symboliser la droiture, le respect, la résistance et la communauté.

L’orme est un arbre noble, dont l‘origine remonte à 65 millions d’années. C’est un arbre qui fournit un excellent bois d’œuvre à cause de sa dureté et, c’est à l’ombre d’un orme qu’au Moyen âge on rendait justice dans le sud de la France.

J’ai choisi l’orme, mais l’intérêt va d’abord à l’arbre, symbole de la vie, en perpétuelle évolution. L’arbre c’est la communication entre la terre et le ciel, c’est aussi une valeur essentielle qui rassemble les nations québécoises et autochtones. C’est donc une référence, quand on souhaite tisser des liens avec les communautés, comme le veulent les membres de la Sûreté du Québec du poste d’Avignon.

Pin It on Pinterest

Share This